La mort de Socrate

30,00

La mort de Socrate, de Romano Guardini,texte traduit en français par Paul Ricoeur.

Édition augmentée d’une préface de Jean Greisch.

Un magnifique texte philosophique sur un thème intemporel.

Catégorie : Étiquette :

Description

Aussi pressante que la quête d’une vérité philosophique est, pour Platon, la question de savoir quel homme a la chance de trouver la vérité. Il a entrepris non seulement une critique de la raison universelle, mais aussi celle de la raison concrète. Il appartient à cette petite phalange de philosophes qui ont vu et cherché dans la philosophie autant qu’un contenu d’énoncés un contenu d’existence : Que doit être l’homme pour qu’il puisse devenir philosophe ? Qu’adviendra-t-il de l’homme s’il se décide pour la philosophie ?

C’est en méditant sur la vie et la mort de Socrate, à laquelle il a consacré pas moins de quatre dialogues, que Platon a su trouver une réponse à ces questions, qui forment le fil conducteur de l’interprétation magistrale de l’Euthyphron, de l’Apologie, du Criton et du Phédon que nous propose Romano Guardini.

Né en 1885 à Vérone (Italie), mort en 1968 à Munich, Romano Guardini est une des figures intellectuelles les plus attachantes de la première moitié du 20e siè- cle. Il a enseigné successivement aux Universités de Berlin, de Tübingen et de Munich. Son œuvre, dont l’un des sommets est « La mort de Socrate », a été couronnée du Prix Erasmus.

Parue en 1956 aux Éditions du Seuil, la traduction française de l’ouvrage est l’œuvre de Paul Ricœur, preuve de la haute estime qu’il portait à Romano Guardini.

Édition augmentée d’une introduction de Jean Greisch

Informations complémentaires

Auteur(s)

Préface

Jean Greisch

Traducteur(s)

Paul Ricoeur